La protection des structures 

Il était prévu, jusqu'alors, la pose d'anodes sacrificielles en aluminium et zinc sur les fondations de chaque éolienne pour éviter la corrosion.

Impact du projet pour l'environnement :

216 kg d'aluminium libérés chaque jour, 76 tonnes par an, 3040 tonnes pour 40 ans !

(Source : porteur de projet)

Réponse du porteur de projet :

"elles n’auront qu’un « impact faible à négligeable » sur l’environnement."

"des analyses seront faites régulièrement, après la construction, pour tester la qualité de l’eau" ....

Face à la révélation de cette nouvelle menace, particulièrement importante pour l'économie locale, et la pression de NENY et du collectif Touche pas à nos îles, le porteur de projet a dû revoir sa copie ! ...

Les anodes en aluminium seront finalement remplacées par des anodes en titane : elles émettent un courant électrique qui protège la structure, évitant ainsi le rejet de métaux dans l’environnement. 

« Une étude a montré que c’était applicable et avec autant d’efficacité », indique Lucile Forget, directrice du développement local pour EMYN.

Annonce de début mars 2018

Pourquoi n'y avait on pas pensé avant ?? ...

Les infrasons 

Qu'est-ce qu'un infrason ? 

Les infrasons sont des ondes sonores se situant en dessous de la limite moyenne d'audition humaine, soit environ 20 Hz 

L'Anses  (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) a publié en 2017 son avis sur les effets sanitaires des sons basses fréquences (20 Hz à 200 Hz) et des infrasons (inférieurs à 20 Hz) émis par les parcs éoliens terrestres. L'agence conclut à l'absence d'effets notables :

« La campagne de mesure réalisée par l’Anses ne montre aucun dépassement des seuils d’audibilité dans les domaines des infrasons et basses fréquences sonores (< 50 Hz) », affirme l’agence. Autrement dit, dans les habitations situées à 500 mètres minimum des éoliennes, conformément à la réglementation, les riverains ne peuvent pas entendre d’infrasons. Le bruit qui peut entraîner une gêne est audible, à des fréquences supérieures à 50 Hz"

Qu'en est-il pour l'éolien offshore, puisque la mer est un véritable réservoir sonore ?

Que répond le porteur de projet ?

A ce jour il semble qu'aucune étude sur les infrasons n'ait été réalisée par le porteur de projet